Les illusions de Sav-Loar, Manon Fargetton

« Plusieurs versions de la naissance de Sav-Loar circulent dans le royaume. Toutes racontent comme de jeunes magiciennes poursuivies par les capes d’or se réfugièrent dans la forêt des Songes et y érigèrent une ville secrète. Sans être entièrement fausses, ces légendes sont approximatives, car les fondatrices de cette ville n’avaient rien des adolescentes terrifiées et à peine pubères qu’elles décrivent. Elles étaient des femmes dans la fleur de leur féminité, à l’apogée de leur art, au zénith de leur colère. Elles étaient d’anciens membres du Clos traquées par leurs pairs, ayant assisté au massacre de deux centres d’entre elles par la peur de la différence et la soif de domination. Sav-Loar, le lever de lune, devint le pendant clandestin d’Astria l’éclatante. Ainsi débuta la nuit des magiciens. »Lire la suite »

Publicités

L’héritage des Rois-passeurs, Manon Fargetton

Couverture par Marc Simonetti ❤
« La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ? »
 
Genre : Low fantasy
376 pages 
 



Comme cela fait du bien de ne pas ENCORE s’embarquer dans une énième saga fantasy, de lire un livre avec un vrai début et une vraie fin, sans redouter le fait que d’autres tomes nous attendent derrière …

Je ne sais pas si c’est le cas pour tout le monde (dites oui, pitié !) : quand j’étais ado, je me suis rêvée ne pas simplement être la petite Mahault mais l’héritière secrète d’un royaume situé dans un autre monde.
Je remercie Manon Fargetton d’avoir donné corps à ce vieux fantasme !

Enora est une jeune femme de 20 ans, aspirante actrice, qui rentre chez elle pour fêter dignement son anniversaire et celui de son frère jumeau, entourée de sa famille et de ses amis. La fête tourne cependant au drame et la voilà forcée de fuir avec deux hommes, Charly et Julian, qu’elle ne connaît pas. Dans le même temps, elle découvre qu’elle a le pouvoir de creuser la terre afin d’ouvrir des passages vers le royaume d’Ombre, reflet de la Terre (nommée ici Rive), dont elle ne connaissait absolument pas l’existence. Ils y partent donc tous les trois et en trouveront leurs vies bouleversées
Ravenn, princesse du royaume d’Ombre, est en exil loin de chez elle. La voilà forcée à rentrer car sa mère la Reine se meurt, afin d’hériter du trône. 

L’héritage des Rois-passeurs m’a fait passer un excellent moment. On est dans un one-shot, le début est extra-précipité, forcément : on nous donne les informations essentielles, et l’action arrive très vite. Si cela m’a un peu perdue au départ, le rythme du livre ne s’en trouve que plus intense

Le style de Manon Fargetton est simple, elle privilégie beaucoup les émotions et les pensées de ses personnages, leur conférant à chacun une identité bien particulière. Elle ose pas mal de choses que beaucoup d’auteurs évitent, par peur peut-être de passer pour des fan-boys/girls. Déjà, elle plonge mains jointes dans tous les clichés du genre : surpuissance nouvellement acquise et rapidement maîtrisée, dragons, complots, retournements de situation, coïncidences, … Cependant, elle a suffisamment de talent pour que tout passe à merveille.
Elle rend des hommages appuyés à certains auteurs ? Soit, mais c’est fait avec grande classe. Une scène de sexe ? Pas de maladresses ou de romantisme fleur-bleue. Faire parler des Dieux ? Inventer un patois ? Elle maîtrise, merci.

Ma lecture ne me laissera pas un souvenir monumental, mais c’était « fun » et chose rare, elle m’a donné envie de lire Les illusions de Sav-Loar, qui se passe dans le même monde. Et je ne suis que bonheur quand je vois la qualité de la littérature de genres française ces dernières années. On vit une époque bénie !

VERDICT : PLUTÔT CULOTTÉ !

 

Lire la suite »