Bilbo le Hobbit, J.R.R. Tolkien

Bilbo le hobbit
« Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n’aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d’un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n’ont qu’une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition. »

Genre : Fantasy
312 pages

 

 
Voilà donc un livre que j’adore, mais qui n’avait pas quitté sa chaude et douillette étagère depuis des années … à l’image de Bilbo et sa petite maison !
Bilbo EST un hobbit. Par essence, il déteste tout ce qui a trait à l’aventure, au bouleversement des habitudes et au changement du train-train quotidien. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’un jour, Gandalf, son ami magicien, vient solliciter son aide, bientôt suivi par treize nains. La (re)quête est la suivante : les aider, par ses talents de chapardeur, à récupérer le trésor perdu de leur Peuple, garder par le terrible dragon Smaug, non loin de la (terrible elle aussi) Montagne Solitaire. Bilbo finit par accepter, quelque peu contraint, et le voici parti à vivre une année d’une aventure qu’il n’aurait jamais imaginé.
« Dans un trou vivait un hobbit » … Ce sont ses six petits mots cultes qui nous lancent dans ce récit passionnant, raconté par le grand conteur qu’est Tolkien.

Suivre les aventures de Bilbo est un plaisir. Ce Hobbit entre deux âges n’a rien d’un aventurier téméraire ou d’un combattant fougueux, et c’est ce qui fait que l’on s’identifie à lui très facilement. Même s’il n’est pas le narrateur, nous ne connaissons que son point de vue, si bien que certains détails important pour l’histoire future du Seigneur des Anneaux ne sont vus qu’à sa hauteur.

Gif Bilbo

 

Nous avons aussi le plaisir de rencontrer Gandalf, personnage connu de tous pour ses exploits et son aura quelque peu mystique, puisqu’il est bien plus que le simple et facétieux magicien humain dont il a l’air. Plus que jamais ici (et même s’il me semble que J.K. Rowling le conteste un peu), il m’a tant fait penser à Dumbledore ..!
Les Nains, au nombre de treize, ne sont pas en reste. Promis, vous n’aurez pas besoin de retenir tous les prénoms de cette joyeuse compagnie. Thorïn Oakenshield tient forcément la vedette, en tant qu’héritier de la couronne, et même si certains sont plus en retrait que d’autres, il est quand même possible de s’attacher à cette petite troupe plus que nous ne le pensions au début.
Le sommet du livre, si nous exceptons la magnifique bataille de fin, est bien sûr la rencontre entre Gollum et Bilbo, au cours de laquelle le Précieux, l’Anneau Unique, refait surface. Les deux, dans un chapitre savoureux, s’en disputeront la possession par un savant jeu d’énigmes sans comprendre quel est le terrible objet pour lequel ils jouent.
Que puis-je encore dire ? Se plonger dans ce classique de la fantasy, c’est à la fois un plaisir simple, un très bon préambule au Seigneur des Anneaux, puis aussi une manière de comprendre ce qui influence encore tant d’auteurs que l’on aime aujourd’hui.
VERDICT : FORCEMENT CULTE !

 

 

Quelques illustrations par Tolkien himself.
Publicités