Un palais de flammes d’argent (ACOTAR #4), Sarah J. Maas

Genre : Fantasy đŸ‡ș🇾

736 pages

Note : 4 sur 4.

Avis précédents :

‱ #1 : Un palais d’épines et de roses

‱ #2 : Un palais de colùre et de brume

‱ #3 : Un palais de cendres et de ruines

‱ #3.5 : Un palais de glace et de lumiùre

« Une annĂ©e s’est Ă©coulĂ©e depuis la fin des affrontements qui ont Ă©branlĂ© Prythian. Mais bouleversĂ©e par les horreurs de la guerre et incapable de s’habituer Ă  sa vie de Fae, Nesta ne se sent Ă  sa place nulle part. Elle s’enfonce dans une spirale destructrice et refuse l’aide qu’on lui propose. Surtout celle de Cassian, avec qui elle est obligĂ©e de s’entraĂźner au combat, et pour qui elle nourrit des sentiments… ambigus. Pourtant, quand la menace d’un nouveau conflit obscurcit l’horizon, Nesta doit accepter d’affronter ses propres dĂ©mons. Car elle n’est pas une Fae comme les autres. TransformĂ©e par le Chaudron lui-mĂȘme, elle possĂšde des pouvoirs indispensables Ă  la survie de la Cour de la Nuit… »

Cela fait dĂ©jĂ  prĂšs de trois ans que la lectrice que je suis se dĂ©cidait enfin, Ă  force de lire des avis Ă©namourĂ©s, Ă  se lancer dans la lecture de la saga Un palais d’Ă©pines et de roses. Un monde auquel mon cerveau a certes de nombreux reproches Ă  adresser, mais auquel mon cƓur s’est fichtrement attachĂ©. Et dans ce tome quatre, au revoir le couple Rhysand/Feyre (bien qu’ils soient forcĂ©ment et pour mon plus grand plaisir trĂšs prĂ©sents en arriĂšre-plan), place ici Ă  Nesta, la sƓur mal-aimĂ©e de notre ancienne hĂ©roĂŻne.

Nesta n’a jamais Ă©tĂ© – et cela de loin – la plus sympathique de tout ce petit monde. Hautaine, revancharde, Ă©goĂŻste … Nous pouvions lui accoler de nombreux adjectifs pĂ©joratifs. L’idĂ©e de la suivre faisait donc peur Ă  bons nombres de lectrices et lecteurs. DĂšs l’amorce de ce quatriĂšme volet, nous sommes en terrain Ă©prouvĂ© : il s’est achevĂ© plus de dix-huit mois depuis la bataille contre le roi d’Hybern et pourtant, Nesta n’a pas changĂ© d’un iota. Distante avec sa famille, dĂ©tentrice d’immenses pouvoirs qu’elle ne veut pas Ă©prouver, en froid avec Amren – qui fut sa seule amitiĂ© sincĂšre – elle boit et s’adonne Ă  des nuits sans lendemain dans une quĂȘte perpĂ©tuelle d’oubli, le tout aux frais de la Couronne – qui en a plus qu’assez. L’ultimatum que lui propose notre cher couple rĂ©gnant est en consĂ©quence limpide : soit Nesta accepte de dĂ©mĂ©nager au Pavillon des vents, de s’entraĂźner au combat et d’aider Ă  l’immense bibliothĂšque de la Cour de Nuit, soit elle prend un aller sans retour vers les Terres humaines. Elle va donc prendre ses quartiers au Pavillon, auprĂšs d’un Cassian chargĂ© de la chaperonner et qui ne sait comment l’aborder sans la hĂ©risser – et d’abord malgrĂ© elle, reprendre peu Ă  peu le contrĂŽle de sa vie et de son propre corps.

« Amren posa la main sur le cƓur de Nesta.

– C’est la clĂ© de tout, n’est-ce pas ? Savoir que les tĂ©nĂšbres seront toujours prĂ©sentes, mais que notre attitude envers elles… C’est tout ce qui compte. Notre dĂ©termination Ă  ne pas nous laisser consumer par ces tĂ©nĂšbres, Ă  ne pas oublier tout ce qui est bienfaisant et tout ce qui nous remplit d’Ă©merveillement. »

Ce tome quatre est globalement une belle rĂ©ussite, dont la qualitĂ© monte crescendo tout au long de la lecture. DĂšs le dĂ©part, il m’a Ă©tĂ© plus qu’agrĂ©able de constater que la plume de Sarah J. Maas avait gagnĂ© une maturitĂ© et une Ă©toffe bienvenue, et je dois avouer Ă  l’heure oĂč j’Ă©cris ces lignes ĂȘtre encore bluffĂ©e par la qualitĂ© d’Ă©criture et de construction du personnage de Nesta, qui est un succĂšs Ă  tous les niveaux. PlongĂ©e dans la psychĂ© de cette jeune femme qui finalement n’a jamais pu ĂȘtre elle-mĂȘme et n’a surtout jamais pu dĂ©celer qui elle Ă©tait vraiment fut ensorcelant. Nous sommes mis face Ă  SA vĂ©ritĂ©, sa version des faits et son expĂ©rience des Ă©vĂšnements que nous n’apprĂ©ciions jusque-lĂ  que par la voix de Feyre. Pour cela, l’autrice nous invite Ă  la suivre dans de nombreuses scĂšnes d’introspection, mais Ă©galement dans d’autres scĂšnes particuliĂšrement surprenantes impliquant – sans en dire trop – une sororitĂ© qui sera la clĂ© de l’Ă©panouissement de notre hĂ©roĂŻne. Ainsi va-t-elle par exemple dĂ©couvrir sur sa route les parcours difficiles des prĂȘtresses de la BibliothĂšque de la Cour de Nuit ou encore la rĂ©alitĂ© des femmes Illyriennes. Cette petite pointe de fĂ©minisme m’a Ă©normĂ©ment plu, parce qu’elle est rĂ©ussie, utile et (en plus !) extrĂȘmement bien amenĂ©e et construite, avec une vĂ©ritable apothĂ©ose dans le dernier quart du roman.

[Cela m’a d’ailleurs fait penser Ă  deux lectures faites ces derniĂšres annĂ©es sur des thĂ©matiques connexes, dont voici les liens si cela vous intĂ©resse : TouchĂ©es de Quentin Zuttion ; Le goĂ»t du baiser de Camille Emmanuelle].

Je dois avouer ĂȘtre en revanche moins imprĂ©gnĂ©e par la romance qui nous est offerte ici ; en effet, bien qu’elle soit attrayante et judicieuse, une partie de moi aurait aimĂ© que Nesta prenne le temps d’ĂȘtre elle avant d’ĂȘtre avec un autre. Cependant, le fait est que la romance/les rapports charnels sont un des piliers de cette saga ; je ne peux donc dĂ©cemment pas en vouloir Ă  une autrice qui fait bien les choses : les (pas si nombreuses d’ailleurs, je m’attendais Ă  davantage) scĂšnes sensuelles – bien que parfois longuettes et particuliĂšrement crues – sont tout Ă  fait en phases avec les diffĂ©rentes Ă©motions des personnages et contribuent Ă  leur maniĂšre Ă  faire avancer l’histoire qui nous est contĂ©e.

Finalement, ces quelque 700 pages d’Un palais de flammes d’argent ont Ă©tĂ© une rĂ©elle fĂ©licitĂ©e de lecture. Sarah J. Maas nous projette au sein d’une aventure inattendue tant dans son allure que dans son plaidoyer, tout en assurant fonciĂšrement la continuitĂ© entre la premiĂšre trilogie et cette nouvelle bluette… et en essaimant quelques indices Ă©ventuels sur la suite. Si vous avez aimĂ© ACOTAR jusqu’ici… foncez !

En conclusion
 Une rĂ©ussite qui, Ă  mon grand soulagement, n’est pas le tome de trop !

â†Ș Un coup de cƓur chez Alice Neverland.


3 réflexions sur “Un palais de flammes d’argent (ACOTAR #4), Sarah J. Maas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s