Ne vous fiez pas aux apparences, Tess Sharpe

Genre : Thriller YA đŸ‡ș🇾

144 pages

Note : 2 sur 4.

« 3 ados dans un braquage qui tourne mal. Qui en ressortira vivant ?

Quand deux braqueurs attaquent une banque d’une petite ville tranquille des États-Unis, ils ne se doutent pas que parmi leurs otages se trouve plus coriace qu’eux…

Nora Ă©tait venue dĂ©poser de l’argent avec son ex-petit ami et sa nouvelle petite copine. Or Nora est la fille d’une escroc de haut vol. Elle a fui Ă  12 ans cette mĂšre manipulatrice et son amant malfrat, et se cache depuis 5 ans sous une fausse identitĂ©. Elle va dĂ©ployer tous ses talents et se replonger malgrĂ© elle dans son passĂ© pour sauver sa vie et celle de ses amis. »

Lors de ma participation au Prix ELLE des lectrices 2020, j’avais eu un vĂ©ritable coup de cƓur pour le roman policier qui allait alors arriver en tĂȘte de sa catĂ©gorie : Mon territoire de Tess Sharpe. Une histoire Ăąpre, portĂ©e par un personnage fĂ©minin que je n’oublierais pas de sitĂŽt. Ayant trĂšs envie de dĂ©couvrir un autre de ses textes, j’ai jetĂ© mon dĂ©volu sur cette nouveautĂ© 2021 plutĂŽt catĂ©gorisĂ©e jeunes adultes : Ne vous fiez pas aux apparences, un roman Ă  tiroirs qui joue avec les allers-retours entre prĂ©sent et passĂ©.

Nous y suivons l’existence compliquĂ©e de Nora, une jeune fille de dix-sept ans. Alors qu’elle se rend Ă  la banque avec sa petite amie Iris et leur ami commun Wes, ils se retrouvent tous les trois – ainsi que quelques autres personnes prĂ©sentes – au cƓur d’un vol Ă  main armĂ©e effectuĂ© par deux hommes semblant ĂȘtre Ă  la recherche de la clĂ© d’un coffre bien prĂ©cis. ProblĂšme : le directeur de la banque n’est pas lĂ  et la clĂ© du coffre en question est indĂ©celable.

Ce que les deux hommes ne savent pas, c’est que Nora n’est pas nĂ©e de la derniĂšre pluie. Fille et acolyte malgrĂ© elle d’une arnaqueuse de haut-vol qui a dĂ©troussĂ© plus d’un homme, elle vit dĂ©sormais avec sa sƓur sous une fausse identitĂ© pour la prĂ©server d’Ă©ventuelles vendettas. Sa dĂ©brouillardise, son courage et sa capacitĂ© Ă  manipuler les autres vont rapidement faire tourner en bourrique les deux preneurs d’otages, qui vont vite saisir qu’ils ont affaire Ă  plus malin qu’eux.

« – Tu vas gĂ©rer ça comme une pro, j’ajoute. Tu vas t’en sortir, et je te promets que ta mĂšre ne t’en voudra plus d’avoir oubliĂ© ton sac. (Je parviens presque Ă  lui soutirer un sourire, mais il s’Ă©teint quand je poursuis.) Rappelle-toi : n’essaie pas de leur Ă©chapper. ObĂ©is-leur.

– Et je donne les messages Ă  ta sƓur. 

J’acquiesce en pressant ses Ă©paules.

– Rien que quelques minutes de marche, et tu seras saine et sauve. 

– D’accord, dit-elle avant de dĂ©glutir.

Bon sang, c’est pas juste. Je me vois en elle. Je reconnais l’acier enveloppĂ© de peur que toutes les petites filles rencontrent sur le chemin semĂ© d’embĂ»ches qu’elles doivent emprunter pour devenir des femmes. Si seulement elle avait pu tomber dessus ailleurs qu’ici. »

Ne vous fiez pas aux apparences porte donc bien son titre. Comment celle que les braqueurs ne voient que comme une gamine va-t-elle parvenir Ă  dĂ©vaster ainsi leur plan ? Nora, tout en nous narrant ce qu’il se passe prĂ©sentement au sein de la banque, va Ă©galement revenir sur son douloureux passĂ©. Fille et complice d’une escroc, son enfance a Ă©tĂ© diffĂ©rente de celle de ses camarades : elle a Ă©tĂ© entraĂźnĂ©e Ă  jouer de multiples rĂŽles, avec de multiples prĂ©noms et semble d’ailleurs vivre une sorte de crise identitaire – qui est-elle vraiment ? C’est un personnage fichtrement intĂ©ressant qui a vĂ©cu des Ă©vĂšnements rĂ©solument abominables et peine Ă  accepter cette dualitĂ© qui vit en elle.

Malheureusement, et c’est lĂ  que le dĂ©plaisir pointe, Tess Sharpe ne parvient Ă  mon sens pas Ă  assurer une tension Ă©gale entre passĂ© et prĂ©sent. Si j’ai Ă©tĂ© vĂ©ritablement captivĂ©e par les chapitres nous narrant le passĂ© de Nora, ceux relatant le moment actuel et l’attaque de la banque m’ont quelque peu laissĂ©e indiffĂ©rente. En cause, une construction rĂ©pĂ©titive et surtout, de bien trop nombreuses rĂ©pĂ©titions et monologues intĂ©rieurs de l’hĂ©roĂŻne – notamment sur la « famille » qu’elle est parvenue Ă  se crĂ©er. Une fois ça va, dix fois, on a compris ! Cela m’a valu d’aboutir la lecture en diagonale Ă  certains moments, tant j’Ă©tais lasse et essentiellement frustrĂ©e.

Ne vous fiez pas aux apparences est en dĂ©finitive Ă  l’image de la dualitĂ© de son hĂ©roĂŻne : il me confirme le grand talent de Tess Sharpe ainsi que sa capacitĂ© Ă  Ă©crire des hĂ©roĂŻnes atypiques ; mais il me déçoit cependant Ă©normĂ©ment dans son rythme.

En conclusion
 Une lecture en demi-teinte.

â†Ș Le quasi-coup de cƓur de Troian.


3 réflexions sur “Ne vous fiez pas aux apparences, Tess Sharpe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s