Le sang et la cendre #1, Jennifer L. Armentrout

Genre : Fantasy đŸ‡ș🇾

663 pages

Note : 2 sur 4.

« Alors que la rivalitĂ© grandit entre deux royaumes ennemis depuis toujours, une jeune femme dont le destin Ă©tait tout tracĂ© voit ses certitudes voler en Ă©clats, et plus que tout… son cƓur. Choisie depuis sa naissance pour inaugurer une nouvelle Ăšre de son royaume, la vie de Poppy n’a jamais vraiment Ă©tĂ© la sienne. Ses parents ont Ă©tĂ© tuĂ©s quand elle Ă©tait jeune et elle vit depuis recluse et surprotĂ©gĂ©e. Une vie solitaire, sans ĂȘtre touchĂ©e ni mĂȘme regardĂ©e, sans contact avec l’extĂ©rieur et avec un seul moment Ă  attendre : le jour de son Ascension. L’avenir du royaume tout entier repose sur les Ă©paules de Poppy, mais elle n’est pas sĂ»re de vouloir de cette destinĂ©e. Parce qu’elle a un cƓur, une Ăąme et qu’elle prĂ©fĂšrerait combattre les crĂ©atures qui ont causĂ© son malheur. Et quand Hawke, un garde d’honneur chargĂ© de la protĂ©ger jusqu’Ă  son Ascension, fait irruption dans sa vie, il remet en question ses croyances, jusqu’Ă  la tentation de l’interdit. »

Si vous frĂ©quentez la blogosphĂšre/Booktube/Bookstagram, j’imagine que vous n’avez pas pu Ă©chapper Ă  l’hype autour de ce premier tome VF de la saga From blood and ash de Jennifer L. Armentrout. C’est en tout cas une autrice dont j’avais envie de dĂ©couvrir l’Ɠuvre depuis fort longtemps – et cela quel que soit le genre qu’elle aborde (et ils sont nombreux !). Il m’aura fallu presque deux semaines pour le terminer et disons-le d’emblĂ©e, je n’en ressors pas du tout pleinement comblĂ©e, mais au contraire plus que dubitative.

Le sang et la cendre nous prĂ©sente l’histoire de Poppy (en narration Ă  la premiĂšre personne), une jeune femme de dix-huit ans qui Ă©volue dans la ville de Masadonia et sa Cour, au sein d’un royaume plus vaste contrĂŽlĂ© par les ÉlevĂ©s, des ĂȘtres humains devenus immortels, car bĂ©nis par les Dieux. Poppy est une humaine amenĂ©e Ă  s’Ă©lever, mais elle est particuliĂšre puisqu’elle jouit du statut de Pucelle depuis sa naissance – elle semble en effet avoir un rĂŽle particulier Ă  jouer dans l’avenir de son Royaume, mais nous n’en saurons guĂšre davantage. Mis Ă  part deux ou trois trĂšs proches, personne n’a jamais vu son visage ; elle ne peut sortir que voilĂ©e et ne doit adresser la parole Ă  personne. Poppy vit donc une existence solitaire, oĂč elle n’est que peu aviser des problĂšmes extĂ©rieurs, des crises politiques qui peuvent avoir lieu ou bien mĂȘme de son rĂŽle en tant que Pucelle. Sa rencontre avec Hawke Flynn, un garde Royal, va cependant peu Ă  peu bouleverser son quotidien.

« – J’ai l’impression que ta place d’honneur ne comporte que trĂšs peu d’avantages. Tu n’as pas le droit de montrer ton visage ou de sortir de l’enceinte du chĂąteau. Tu n’as mĂȘme pas eu l’air surprise que la prĂȘtresse essaie de te frapper. Cela me pousse Ă  croire que c’est quelque chose d’assez commun, fit-il remarquer, les sourcils froncĂ©s. Tu n’as pas le droit de parler Ă  la plupart des gens et personne ne doit t’adresser la parole. Tu es enfermĂ©e dans ta chambre une grande partie de la journĂ©e. Ta libertĂ© est restreinte. Les droits que tout le monde considĂšre comme acquis sont des privilĂšges pour toi, des rĂ©compenses a priori trĂšs difficiles Ă  obtenir.

J’ouvris la bouche, mais je ne savais pas quoi dire. Il avait Ă©numĂ©rĂ© tout ce qui me manquait avec une clartĂ© douloureuse. Je dĂ©tournai le regard.

– Alors je ne serais pas surpris d’appendre que tu cherches Ă  t’Ă©chapper, finit-il.

– Est-ce que tu m’en empĂȘcherais ? Demandai-je. »

Inutile de vous mentir : j’ai mis un temps absolument fou Ă  entrer dans cette histoire, Ă  m’y intĂ©resser. La plume de Jennifer L. Armentrout ne m’a en soi pas vraiment dĂ©plu (les fautes au niveau de la traduction, si), mais elle ne m’a tout de mĂȘme pas aidĂ© avec ses nombreuses rĂ©pĂ©titions et digressions. Il faut tout de mĂȘme lui reconnaĂźtre ce cĂŽtĂ© trĂšs addictif ; au deuxiĂšme-tiers du livre et alors que j’entrais enfin dans le rĂ©cit, sa maniĂšre d’Ă©crire m’a follement tenu en haleine ! … Avant que mon attention ne retombe lors des derniers chapitres. Surtout, l’autrice fait le choix de nous dĂ©voiler les Ă©lĂ©ments de son univers au compte-goutte ; bien sĂ»r, Poppy est maintenue dans une ignorance certaine et l’histoire Ă©tant racontĂ©e de son point de vue, il est normal que nous n’ayons pas tous les segments dĂšs le dĂ©part. Pour autant, il y a tout de mĂȘme des manques criants pour ce qui se veut une saga fantasy au long cours (religion pas dĂ©taillĂ©e, peu de contextualisation, hĂ©roĂŻne qui ne semble avoir aucun intĂ©rĂȘt pour ce qui l’entoure) et des bizarreries qui n’aident pas Ă  comprendre oĂč on progresse (l’Ă©lectricitĂ© existe, on nous parle de MorphĂ©e, on ripaille comme au Moyen-Ăąge??). Ici, de mon ressenti, l’univers dans lequel manƓuvre Poppy ne « vit » pas, me faisant le mĂȘme effet que dans le premier tome de Prince captif par exemple, Ă  savoir qu’il semble totalement interchangeable, au service d’un seul Ă©lĂ©ment : la romance


… Voire l’Ă©rotisme. Cela ne me dĂ©range pas le moins du monde, je savais Ă  quoi m’attendre en entamant ce titre. J’ai cependant trouvĂ© cet aspect du roman particuliĂšrement poussif, comme si l’autrice ne parvenait pas dans ce premier tome Ă  trouver un juste Ă©quilibre entre sensualitĂ© et worldbuilding, l’une prenant automatiquement le pas sur l’autre, qui se rĂ©vĂšle presque Ă  son service. Dommage, car sans trop en dire, elle se dirige vers l’idĂ©e audacieuse de revisiter non pas un mais deux (voire trois?) « tropes » moins populaires dans les littĂ©ratures de l’imaginaire ces derniĂšres annĂ©es, Ă  mon plus grand malheur.

Les personnages non plus ne m’ont pas accrochĂ© plus que cela. Poppy est intĂ©ressante, j’ai apprĂ©ciĂ© son courage et sa pugnacitĂ© – pour autant, elle m’a souvent semblĂ© versatile. Quant Ă  Hawke, je l’ai trouvĂ© trĂšs plat, voire dĂ©rangeant sur la fin.

J’espĂšre donc que la suite sera Ă  la hauteur des ambitions affichĂ©es. Le second tome paraĂźt en VF courant juin me semble-t-il ; je pense le lire durant l’Ă©tĂ©, mais s’il est Ă  cette image, j’abandonnerai trĂšs certainement la sĂ©rie sans regret.

En conclusion
 Pas dĂ©nuĂ© d’intĂ©rĂȘts, mais loin d’ĂȘtre magistral, ce premier tome me fait dire une chose : seul le second me permettra de trancher !

â†Ș Si Maven Litterae a passĂ© un excellent moment, ce n’est pas le cas de En tournant les pages pour qui cela s’est soldĂ© sur un abandon.


6 réflexions sur “Le sang et la cendre #1, Jennifer L. Armentrout

  1. Steven dit :

    C’est drĂŽle comme nos avis sont Ă  des annĂ©es lumiĂšres et c’est ce que j’adore dans la blogosphĂšre !
    Personnellement, ce premier volet m’a totalement rĂ©conciliĂ© avec l’auteure dont tes remarques se veulent plus que valables avec d’autres de ses sĂ©ries comme Lux par exemple.
    Ici, j’ai trouvĂ© que fantasy lui sied parfaitement tant j’ai adorĂ© l’univers, les personnages et l’évolution de leur relation.

    Comme quoi, chaque lecteur a sa propre vision et ses propres attentes.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s