Solo leveling #1, Redice studio

Genre : Fantasy đŸ‡°đŸ‡·

215 pages

Note : 3 sur 4.

« Lorsque d’Ă©tranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l’humanitĂ© a dĂ» trouver une parade pour ne pas finir massacrĂ©e entre les griffes des monstres qu’ils ont apportĂ©s avec eux. Dans le mĂȘme temps, certaines personnes ont dĂ©veloppĂ© des capacitĂ©s permettant de chasser. Ces combattants intrĂ©pides n’hĂ©sitent pas Ă  foncer au cƓur des donjons pour combattre les crĂ©atures qu’ils abritent. »

Webtoon adaptĂ© d’une sĂ©rie de romans Ă  succĂšs, Solo leveling existe depuis quelques mois en version imprimĂ©e, une Ă©dition de moyenne dimension a priori de belle facture de la maison Delcourt (collection KBooks) si ce ne sont les quelques cases pixelisĂ©es que l’on peut croiser de temps Ă  autre. 

L’histoire est conventionnelle. Plus ou moins de nos jours, en CorĂ©e du Sud, sont soudainement apparus des portails menant vers d’autres dimensions et laissant s’Ă©chapper des crĂ©atures fielleuses. Dans le mĂȘme temps, certains hommes et femmes ont vu s’Ă©veiller des capacitĂ©s de « chasseur » – cela signifiant qu’ils sont aptes Ă  braver les crĂ©atures prĂ©sentes dans les portails. Ils sont classifiĂ©s par niveau, A le plus haut et E le plus bas, ainsi que le S qui reprĂ©sente tout simplement l’Ă©lite. Dans ces portails ne se trouvent ni plus ni moins que des donjons de jeux vidĂ©o grandeur nature, avec Ă  la clĂ© en cas de succĂšs rĂ©compenses et donc magot. 

Le jeune Jinwoo est un chasseur, malheureusement de classe E. Au sein mĂȘme de son propre niveau, il est le plus faiblard, celui qui revient sans cesse blessĂ© et amochĂ© en ne ramenant que des rĂ©compenses mineures. Cependant, cet argent est pour lui une nĂ©cessitĂ© puisqu’il doit subvenir aux besoins de sa famille, entre une sƓur cadette qui a besoin de lui et une mĂšre hospitalisĂ©e Ă  cause d’une longue maladie. Alors qu’il parcourt avec dix-sept autres chasseurs un donjon censĂ© ĂȘtre mineur, une porte imprĂ©vue se prĂ©sente au groupe. Ils dĂ©cident, aprĂšs un vote, de la franchir et tombe bien vite sur des crĂ©atures hors catĂ©gorie. Jinwoo ne le sait pas encore, mais sa vie va radicalement se mĂ©tamorphoser.

Ce premier tome de Solo Leveling ne m’a pas pleinement sĂ©duit, bien qu’Ă  l’issue de ma lecture, je tende davantage du cĂŽtĂ© de l’avis positif. En effet, j’apprĂ©cie beaucoup ce genre d’histoires qui transportent des ĂȘtres « normaux » dans un univers de jeu – rĂ©cemment pour exemple : Je suis un assassin et je surpasse le hĂ©ros (je dĂ©sespĂšre de voir la suite arriver Ă  la bibliothĂšque d’ailleurs !) – et je dois dire que lĂ  encore, c’Ă©tait pour moi une excellente dose de fun. Alors oui, il n’y a pas d’explication « crĂ©dible » Ă  ce qu’il se passe, on est parachutĂ© dans cet univers, mais justement, j’apprĂ©cie quand l’auteur de l’Ɠuvre assume complĂštement ce cĂŽtĂ© vidĂ©oludique. En tant qu’ex-joueuse de MMO notamment, cela me parle beaucoup ! 

Le hĂ©ros principal, Jinwoo, a piquĂ© ma curiositĂ©. Je l’ai pourtant trouvĂ© assez peu dĂ©veloppĂ© puisqu’Ă  l’issue de cette lecture, sa personnalitĂ© reste un peu un mystĂšre. Cependant, c’est le type de protagoniste avec lequel il reste tout Ă  faire, parce qu’il part de trĂšs loin et ne peut que monter plus haut encore. On a tout de mĂȘme une toile de fond suffisante le concernant. 

Je le disais au-dessus, c’est donc une lecture trĂšs « fun », mais aussi assez adulte puisqu’elle ne lĂ©sine pas sur la violence, les Ă©clats de sang et les membres coupĂ©s. On est dans du jeu, certes, mais nos protagonistes restent des mortels qui ne peuvent pas s’en sortir si facilement. C’est un parti-pris qui m’a beaucoup plu.

Si l’on passe outre les quelques cases pixelisĂ©es fortement dĂ©plaisantes (transposition malheureuse du format webtoon au format papier ?), la mise en page et le dessin sont jolis. La couleur n’est pas forcĂ©ment un plus, mais j’imagine que cela vient du format de base, tout comme le sens de lecture (Ă©clairez-moi lĂ -dessus !). Les protagonistes manquent d’expressivitĂ©, c’est vraiment trĂšs classique et parfois, on a plus l’impression d’ĂȘtre face Ă  des captures d’Ă©cran d’animĂ© que dans un dessin figĂ©, ce qui est Ă©trange. Pour autant, les lignes sont claires et la lecture facilitĂ©e par un agencement pratique (mĂȘme si je me suis surprise Ă  lire par rĂ©flexe de droite Ă  gauche plus d’une fois ^^).

[Dieu que cette chronique est longue 
 !]

En conclusion
 Un premier tome agrĂ©able, mais sans surprise. Le fait d’en avoir lu autant de bien me faisait attendre plus, mais j’ai passĂ© un bon moment que je confirmerai avec la suite.

â†Ș Avis concis et positif chez Du cĂŽtĂ© de chez Cyan. Pas d’avis nĂ©gatif Ă  signaler !


5 réflexions sur “Solo leveling #1, Redice studio

  1. ducotedechezcyan dit :

    J’espĂšre que tu apprĂ©cieras plus les tomes suivants 😉
    Pour le sens de lecture, ça n’a rien Ă  voir avec le format d’origine: les manhwas se lisent dans le mĂȘme sens que les BD occidentales, 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s