Les miracles du Bazar Namiya, Keigo Igashino

Genre : Fantastique đŸ‡ŻđŸ‡”

371 pages

Note : 3 sur 4.

« En 2012, aprĂšs avoir commis un mĂ©fait, trois jeunes hommes se rĂ©fugient dans une vieille boutique abandonnĂ©e dans l’intention d’y rester jusqu’au lendemain. Mais tard dans la nuit, l’un d’eux dĂ©couvre une lettre, Ă©crite 32 ans plus tĂŽt et adressĂ©e Ă  l’ancien propriĂ©taire. La boĂźte aux lettres semble Ă©trangement connectĂ©e aux annĂ©es 1980. Les trois garçons dĂ©cident d’Ă©crire une rĂ©ponse Ă  cette mystĂ©rieuse demande de conseil. BientĂŽt, d’autres lettres arrivent du passĂ©. L’espace d’une nuit, d’un voyage dans le temps, les trois garçons vont changer le destin de plusieurs personnes, et peut-ĂȘtre aussi bouleverser le leur. Un miracle de roman fantastique, Ă©mouvant et profondĂ©ment humaniste. »

Je rattrape doucement, mais sĂ»rement le flot de mes chroniques en retard (plus que trois !). Pour aujourd’hui, ce sera avec la publication d’un court avis sur ce titre qui me faisait envie dĂšs sa sortie en 2020, mais que je n’ai finalement dĂ©couvert que rĂ©cemment grĂące au book-club mensuel Livraddict de la fin mai.

Les miracles du Bazar Namiya est un roman au fantastique relativement tĂ©nu. Tout commence de nos jours – au Japon, lorsque trois malfrats dĂ©cident de se cacher en attendant la lever du jour dans un ancien bazar a priori abandonnĂ©. Alors qu’ils discutent, une lettre tombe de la fente de la boĂźte Ă  lettres de la porte d’entrĂ©e sur le sol. Ils ouvrent, mais ne voient personne dans la rue. En lisant la missive, ils comprennent vite – bien qu’ils ne veulent au dĂ©part pas y croire – qu’elle a Ă©tĂ© envoyĂ©e tout droit de la fin des annĂ©es soixante-dix et que le temps, dans ce petit magasin qui ne paie pas de mine, ne passe pas exactement de la mĂȘme maniĂšre qu’il le fait Ă  l’extĂ©rieur.

C’est ainsi qu’ils dĂ©couvrent que quelques annĂ©es auparavant, le propriĂ©taire du bazar avait l’habitude de rĂ©pondre Ă  des courriers anonymes sollicitant des conseils. Ils dĂ©cident donc, Ă  leur tour, de fournir une rĂ©ponse, d’autant qu’ils ont des Ă©lĂ©ments clĂ©s en main.

« Ă€ force de lire les demandes de conseil, j’ai compris une chose. Les gens qui m’en envoient ont souvent dĂ©jĂ  dĂ©cidĂ© ce qu’ils allaient faire. Ils me demandent conseil pour s’assurer qu’ils ont pris la bonne dĂ©cision. »

J’ai Ă©tĂ© charmĂ©e dĂšs le dĂ©part par ce texte tendre et humain dotĂ© de ce style si propre aux auteurs japonais. Pourtant, Ă  l’issue de la premiĂšre partie du texte, j’ai Ă©tĂ© surprise d’attaquer une toute autre histoire. Finalement, s’agissait-il d’un recueil de nouvelles ? Eh bien non, on pourrait plutĂŽt selon moi le qualifier de roman Ă  tiroirs (le dĂ©bat a Ă©tĂ© vif sur la discussion du book-club, notamment autour de la notion de roman choral) car les histoires, comme vous vous en doutez sĂ»rement, finissent par se rejoindre. Le lien est parfois vraiment mince – avec tout de mĂȘme toujours le bazar et les lettres en toile de fond – mais offre Ă  la lecture un aspect ludique qui la rend originale.

Heureusement d’ailleurs, car Ă  l’image d’un recueil de nouvelles, la qualitĂ© n’est Ă  mon sens pas constante. Certains arcs sont trĂšs beaux (celui du musicien !) quand d’autres sont moins forts. Sans non plus invoquer la notion de longueurs, j’ai parfois ressenti un intĂ©rĂȘt moindre lors de ma lecture, ce qui me fait pour le coup passer Ă  cĂŽtĂ© du coup de cƓur.

En conclusion … Un roman fantastique Ă©mouvant qui propose une construction originale ; cependant, il m’a donnĂ© l’impression justement de ne pas toujours savoir « vivre » pleinement en dehors de ce choix stylistique.


7 réflexions sur “Les miracles du Bazar Namiya, Keigo Igashino

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s