Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier

« Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique. Celle-ci, exclusivement composée d’hommes, la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elisabeth Philpot une alliée inattendue. Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste leur meilleure arme face à l’hostilité générale. »


Genre : roman historique   –   413 pages


Cela faisait un moment que j’avais envie de lire du Tracy Chevalier. J’apprécie les romans historiques qui me donnent cette sensation d’être parfaitement mesurés entre la part de faits réels/la part de fiction, et l’autrice est clairement de cette trempe.

Elizabeth Philpot et deux de ses sœurs le savent : elles finiront toutes trois veilles filles. Et alors que leur jeune frère se marie, elles doivent se décider à adopter un nouveau lieu de villégiature. Ce sera Lyme Regis, une petite bourgade de la côté anglaise, où Elizabeth rencontre très vite la jeune Mary Anning. Toutes les deux vont vite se lier d’amitié grâce à leur passion commune, la chasse aux fossiles. Et attention, on ne parle pas de petits spécimens ici. Ces deux femmes ne se le figurent pas ainsi, mais la somme de leurs connaissance ainsi que leur technique en fait des paléontologues autodidactes.

Deux difficultés s’opposent cependant à elles, et pas des moindres :

  • ces fossiles d’animaux disparus depuis des milliers d’années remettent en cause les principes de la Création ;
  • ce sont des femmes.

Alors imaginez-vous, des femmes que personne ne veut écouter parler d’un sujet dont personne ne veut entendre parler … Et c’est là toute la force de ce livre. Tracy Chevalier nous aide à nous imaginer comment ces femmes, à force de persuasion et de ténacité, ont réussi à faire en sorte que leurs noms soient liés à leurs découvertes, découvertes qui ont contribué à faire avancer une science passionnante, remettant en cause tous les dogmes établis.

Le tout est terriblement romanesque. Elizabeth et Mary sont de parfaits personnages de fiction. Elizabeth est une bourgeoise, mène une vie simple mais aisée grâce à la rente qu’elle et ses sœurs touchent chaque année. Mary elle, vit bien souvent dans le dénuement avec sa mère et son frère. L’amitié de ces deux femmes n’a donc rien d’évident.

Elles illustrent un rapport aux fossiles – et plus largement à la science – différents. Elizabeth les voit pour ce qu’ils sont, à savoir de merveilleux témoignages éclairant notre compréhension du monde. Mary, qui en les vendant en tire son gagne-pain, ne les aborde que par ce prisme avant de connaître Elizabeth, qui l’encourage vivement à s’instruire.

En conclusion …30

Prodigieuses créatures a été à la hauteur de mes attentes. C’est un roman historique qui s’assume en tant que tel : entremêlement de fiction et de faits, il nous permet de découvrir le rôle décisif de ces deux femmes guidées avant tout par la recherche de vérité. Tracy Chevalier leur rend un bel hommage.

Publicités

7 réflexions sur “Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s