Véridienne (Récits du Demi-Loup #1), Chloé Chevalier

« Au bord de l’implosion, le royaume du Demi-Loup oscille dangereusement entre l’épidémie foudroyante qui le ravage, la Preste Mort, les prémisses d’une guerre civile, et l’apparente indifférence de son roi. Les princesses Malvane et Calvina, insouciantes des menaces qui pèsent sur le monde qui les entoure, grandissent dans la plus complète indolence auprès de leurs Suivantes. Nées un jour plus tard que les futures souveraines auxquelles une règle stricte les attache pour leur existence entière, les Suivantes auraient dû être deux. Elles sont trois. Et que songer de la réapparition inopinée du prince héritier, Aldemor, qu’une guerre lointaine avait emporté bien des années auparavant ? Avec lui, une effroyable réalité rattrape le château de Véridienne, et le temps arrive, pour les Suivantes et leurs princesses, d’apprendre quels devoirs sont les leurs. »


Publié par les éditions Les moutons électriques fin 2015, ce premier tome des Récits du Demi-Loup, lors de sa sortie, n’avait pas particulièrement exacerbé mes envies de lectrice. La perplexité des quelques blogueurs que je suivais alors avait suffit à entacher ma toute petite détermination. Pourtant, perplexité ne rime pas avec mauvaise expérience ; car si beaucoup avait été pris au dépourvu face à cette histoire d’un aspect très « girly », nombreux étaient ceux à s’être finalement pris au jeu d’une intrigue de cour qui a beaucoup à offrir.

Le vieux et déclinant Royaume du Demi-Loup a une tradition très ancrée – et plutôt originale – en ce qui concerne les enfants de la famille royale : à chaque nouveau-né d’un roi et d’une reine, il faudra pour le père et roi se mettre en quête d’un enfant né le lendemain, de même sexe, à travers tout le royaume. Une telle quête peu parfois être longue, tant même que le roi Aldemar, trouvera pour sa fille Malvane une suivante née deux jours plus tard et répondant au nom de Cathelle. Cela se saura forcément – comme tout dans la capitale du royaume qu’est Véridienne, et plus tard sera alors amené au château la jeune Nersès, née un jour plus tard. Fait étonnant, Malvane se retrouve donc affublée non pas d’une, mais de deux suivantes.

La même année, le frère du roi, Caldamir, qui règne sur la région des Eponas au titre de roi-consort, trouvera pour sa fille Calvina la petite Lufthilde. Bien plus tard, lorsque Caldamir mourra et que l’armée prendra le pouvoir aux Eponas, Calvina et Lufthilde, âgée de 11 ans à peine fuiront jusque Véridienne, et grandiront avec Malvane et ses deux suivantes. Les cinq filles – et narratrices – vivent une adolescence dorée et sans limites, totalement libres de faire ce qu’elles veulent en toute inconscience, alors que l’ombre du prince héritier Aldemor, disparu des années plus tôt, plane au dessus-d’elle.

Le point de vue choisi a pu en décontenancer plus d’un(e), à tort, puisque c’est tout ce qui fait l’originalité de ce roman : ne pas oublier que l’on parle de futures souveraines, comtesses, amantes, amenées à exercer un grand pouvoir et – sinon à prendre – à compter dans la prise de décisions capitales. Ces jeunes filles puis femmes indolentes, tout comme les adultes les entourant, vivent dans un faste et dans un royaume qui change et dépérit, sans vraiment s’en rendre compte, trop affairés à des affaires sans grand intérêt. Et pourtant, Chloé Chevalier réussit à nous faire comprendre que chaque petit acte, chaque petite mesquinerie n’est qu’un pas de plus vers une catastrophe annoncée.

Chloé Chevalier se positionne donc comme une très belle révélation des littératurescouv15504211 de l’imaginaire françaises ; sa manière d’écrire et son intérêt pour les rapports humains m’ont fait penser à Robin Hobb, sans le sens du merveilleux mais avec fluidité et art du suspense. Elle reprend l’un des codes les plus éculés de la fantasy qui soit (l’univers médiévalisant), sans y adjoindre de magie, pour mieux mettre en exergue des rapports humains qui ne peuvent qu’être anormaux car corrompus par le pouvoir que chacun a, a eu ou pourrait avoir. Tout au long de la lecture, on sent que quelque chose d’imminent va se produire, et on cherche dans les enfantillages des jeunes filles les prémices, les indices de ce qui va arriver. Le tout se termine évidemment sur un suspense terrible et ne donne forcément qu’une hâte : se jeter sur le deuxième tome.


Genre : Fantasy politique   –   400 pages

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Véridienne (Récits du Demi-Loup #1), Chloé Chevalier

  1. Très belle chronique 🙂 Comme Acr0, je n’ai jamais vu ce tome comme « girly », je trouve justement que l’ambiance est plutôt pesante, et ça ne fait que s’accentuer par la suite. On se rend bien vite compte que ce qui peut apparaître comme des enfantillages est bien plus que ça et est très lourd de conséquences pour la suite ! Pour ma part, j’ai aimé ce premier tome, mais encore plus les suivants, je t’encourage à t’y plonger 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Exactement ! Chloé Chevalier arrive peu à peu à faire émerger une tension de son roman que je trouve franchement incroyable, on attend la catastrophe à chaque page tournée.
      Je vais m’y plonger assez vite, le tome 1 finit sur un cliff-hanger absolument inhumain 😀

      J'aime

  2. Tiens, c’est étonnant, je n’ai jamais pensé au terme « girly » pour cette série (du moins avec la définition « attitude ingénue que des jeunes filles se donnent ») car on en est très loin (et pour répondre au commentaire de John Évasion : ce n’est absolument pas de la YA). Surprotégées, elles se vautrent dans le luxe de leur jeunesse et par leur position familiale. Mais on se rend vite compte que leurs histoires et leurs préférences vont se répercuter dans leur vie politique. J’ai apprécié cette intrigue et de découvrir déjà que le royaume n’est qu’un colosse aux pieds d’argile. J’ai dévoré les tomes suivants et attends avec impatience le dernier !

    Aimé par 1 personne

    • Oui, après l’avoir lu, je me dis exactement la même chose ! Je n’y ai vraiment rien trouvé de « girly » ou de YA … Je l’ai dit dans la chronique, et je le redis : plus d’un(e) a été décontenancé par le fait de suivre cinq jeunes femmes amenées à être un jour régnantes/décisionnaires. Pour ma part, je trouve que ce roman fait souffler un petit vent d’air frais sur la fantasy FR qui fait du bien.
      Merci pour ton passage 🙂

      J'aime

    • Merci 🙂
      Alors effectivement, j’avais les mêmes appréhensions ; avoir des jeunes filles pour narratrices (c’est idiot comme raisonnement d’ailleurs) me faisait craindre le pire. Mais non, vraiment, ces deux apparences ne sont pas du tout la réalité du texte de Chloé Chevalier. Peut-être pourras-tu te lancer bientôt, il sort en poche dans peu de temps !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s