Les mots entre mes mains, Guinevere Glasfurd

« Quand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n’ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut-être leur avenir ? A partir d’une histoire d’amour avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse en avance sur son temps. Un roman de passion et de liberté sur fond de fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or ». »


81DLaaW7w3L


Les + : Une belle retranscription d’une époque ; un sujet original.

Les – : Un poil trop de romance au détriment de sujets très intéressants.Lire la suite »

Publicités

La servante écarlate, Margaret Atwood

« Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. Une œuvre d’une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent. »


couv48373886


Les + : Le récit, non-linéaire ; des thématiques fortes ; une fin merveilleusement puissante.

Les – : /

Lire la suite »

Six of crows (#1), Leigh Bardugo

« Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant… »


couv25654544


Les + : Des personnages attachants ; un monde intéressant ; une intrigue prenante …

Les – : … Mais beaucoup trop de confusions au niveau de la narration !Lire la suite »

#6 C’est Lundi, que lisez-vous ?

Le « c’est Lundi » est un rendez-vous inspiré de « It’s Monday, What are you reading ? » du blog One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane.

Comme chaque Lundi, il s’agira de répondre à trois questions :

1- Qu’ai-je lu la semaine passée ?

2- Que suis-je en train de lire en ce moment ?

3- Que vais-je lire ensuite ?Lire la suite »

Le sang sur la lame (#1 Les épées de glace), Olivier Gay

« Dans sa jeunesse, l’empereur Marcus mena de nombreuses guerres et étendit son territoire avec l’aide d’un combattant et général hors pair, Rekk. Ses méthodes impitoyables et sa propension au massacre contribuèrent à pacifier les provinces et à annexer les jungles de Koush, au sud – mais provoquèrent également la haine du peuple. Afin de s’attirer leurs bonnes grâces, l’empereur exila donc Rekk le Boucher aux confins de l’empire. Vingt ans plus tard, Marcus est vieux et malade. Il n’a qu’un fils, Theorocle, qui lui cause plus de souci que de fierté. Les familles nobles intriguent dans l’ombre pour préparer sa succession. Quant à Rekk, ce n’est plus qu’un nom avec lequel les mères effraient leurs enfants le soir. »


couv3419471
Joli couverture, mais je ne voyais pas le Boucher ainsi.

Les + : Des personnages surprenants ; de l’action à revendre ; une histoire qui tient debout ; de belles scènes de combat.

Les – : Trop de dialogues ; une temporalité qui m’a fait (un peu) tiquer.Lire la suite »

Une femme simple & honnête, Robert Goolrick

« Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que se lève le blizzard. Ce train renferme son dernier espoir, une promesse de bonheur et d’harmonie retrouvée. Truitt a fait passer plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, disant qu’il était à la recherche d’une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d’un foyer. Dans le train, Catherine Land s’apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu’elle était cette femme simple et honnête qu’il appelait de ses voeux. Pour mieux l’en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu’elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins. »Lire la suite »